SÉQUELLES DE BRULURES

  • Cicatrices inesthétique
  • Amélioration esthétique et fonctionnelle
  • Traitement chirurgical
  • Médecine esthétique

Les séquelles de brûlures sont entraînées, dans la majorité des cas, par la cicatrisation des plaies et sont souvent indissociables.

Grâce à l’excision-greffe (retrait de la peau brûlée et nécrosée), la cicatrisation est facilitée, par réduction des différentes séquelles de la brûlure.

Deux formes de séquelles sont constatées : les séquelles cutanées et les séquelles extra-cutannées.

PRINCIPES DES SÉQUELLES DE BRULURES

Les séquelles des brûlures sont de deux types : les séquelles fonctionnelles, qui peuvent entraver les mouvements, et les séquelles esthétiques.

L’une et l’autre peuvent être traitées par la chirurgie plastique. Néanmoins, il est préférable de patienter environ 6 mois avant d’entreprendre ce type d’intervention, le temps que la cicatrisation puisse atteindre un certain degré de maturité. En revanche, ce n’est pas le cas pour les atteintes aux paupières qu’il faut traiter en urgence afin d’éviter tout phénomène de rétractation.

La chirurgie réparatrice des séquelles de brûlures est différente et s’adapte au degré de gravité de l’accident. En effet, en fonction de cette gravité, les phases opératoires pourront être accompagnées de phases de rééducation entre chacune de celles-ci. Pour ce faire, le chirurgien doit établir une hiérarchie et planifier ses interventions, en fonction du diagnostic spécifique qu’il aura établi avec le patient.

Lors de ses consultations préalables, le Dr Reinbold, spécialiste en chirurgie réparatrice, s’entretient avec ses patients, leur présente les enjeux de l’intervention, afin d’obtenir le meilleur compris entre les contraintes de l’opération et les aspirations des patients.

Certaines interventions d’urgence ne peuvent permettre de consultations préalables, notamment pour des réparations de rétraction du cou, défaut d’ouverture de bouche, ou brûlure des mains, …

La greffe de peau totale

Cette technique est préférée lorsqu’il est possible de prélever de la peau saine autour de la zone à greffer. Cette procédure permet d’effacer au maximum les différences visibles par l’oeil entre les zones contenant des tissus d’origine et ceux contenant des tissus greffés.

Les résultats de greffe de peau totale sont en général très précis et esthétiquement nettes, à condition que la greffe totale soit effectuée sur des petites surfaces : mains, visage, … La zone cicatricielle est très discrète, les traces de brûlures étant très atténuées.

L’expansion cutanée

Lorsque la quantité de peau saine (non brûlée) sur le patient ne permet pas une greffe autologue, on pratique une expansion cutanée. Il s’agit d’introduire un ballon de silicone sous la peau, près de la zone qui sera traitée, et de le gonfler régulièrement au sérum physiologique. Il en résulte un gain cutané non négligeable et nécessaire à la réparation des séquelles de brûlures.

Cette méthode fut mise au point dans les années 1980 par le Professeur Serge Baux et fait autorité désormais en la matière. L’expansion cutanée constitue une des meilleures indications pour le traitement des séquelles de brûlures.

La durée de l’expansion cutanée varie de 1 à 2 mois dans la plupart des cas. Le ballon est ensuite retiré par le chirurgien. Après excision de la peau brûlée, on la remplace par la peau saine qui est produite par l’expansion.

Les résultats esthétiques sont par conséquence de très bonne qualité, grâce à l’obtention d’un tissu très proche de celui d’origine.

Le lambeau

Grâce à la technique du lambeau, le derme et l’épiderme sont emportés en une seule fois et le chirurgien vient les greffer sur la zone à corriger, tout en conservant la vascularisation de la peau.Cette technique offre des résultats bien plus efficaces et esthétiques qu’une simple greffe de peau habituelle. Grâce à l’épaisseur des dermes emportés, la peau restera plus souple et aura moins tendance à la rétraction par la suite.

Pour la greffe de lambeau, on prélève de la peau soit dans région périphérique de la brûlure, soit à distance. On recourt à divers types de plasties selon les cas : plastie en Z, en IC ou en trident.

ÉTAPES DE L’INTERVENTION

AVANT L'INTERVENTION

  • Deux consultations préopératoires avec un chirurgien plasticien sont nécessaires pour toute opération des séquelles de brulures ainsi qu’une consultation avec un médecin anesthésiste.
  • Des photos avant-après seront réalisées. -Consignes pré-opératoires :
  • Arrêt du tabac minimum 1 mois avant, et jusqu’à 1 mois après l‘intervention pour réduire le risque de nécrose et de complications.
  • Arrêt de tout traitement anticoagulant ou antiagrégant 15 jours avant.

L'INTERVENTION

Selon le geste et en fonction de la localisation, on peut demander une anesthésie locale potentialisée ou une anesthésie générale.

APRÈS L'INTERVENTION

Toutes les chirurgies cutanées sont prises en charge par la sécurité sociale, sous certaines conditions.

De nombreuses mutuelles prennent également en charge une partie des frais de cette intervention.

Cela nécessite donc un examen clinique par un chirurgien esthétique spécialiste de la chirurgie cutanée réparatrice des tumeurs cutanées et des cancers de la peau, qui pourra évaluer avec vous et vous guider dans le choix du bon traitement à réaliser.

VOUS AVEZ UNE QUESTION ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *